C'est cadeau !

Les Antilles en Normandie

J’aime l’automne les jours où il est froid et sec. J’aime pas l’automne un jour comme aujourd’hui, où l’humidité plus que le froid vous pénètre jusqu’aux os et vous congèle sur place (bordel, mais qu’est-ce que j’fous en Normandie ?!).
Un jour comme aujourd’hui, je pense soleil, plage, cocktail, fleurs, et pourquoi pas humidité, mais CHAUDE l’humidité SVP !!! Un jour comme aujourd’hui, je pense Antilles…

Les Antilles, dans la famille de la Siphonnée, c’est une question d’éducation. J’ai été élevée sur fond de zouk, de court-bouillon de poisson, d’anthuriums et autres piments oiseaux.

Mes parents, ces êtres merveilleux à plus d’un titre, nous ont offert la chance  de nous immerger dans cette culture ensoleillée. Les réunions de famille étaient arrosées au Ti’Punch, parfumées au columbo, rythmées par des biguines ou du kompa et bercées par l’accent chantant ou le créole des amis de la famille présents à toutes les tables.

Chouquette et ses cousins-cousines ont tous dit au moins une fois avec leur voix d’enfant qui zozotte en entendant passer « zouk la se sel medikaman nou ni » : « Oh, c’est la musique à Papy ! »

Pour vous (re)donner le sourire, je vous conseille de cliquer là !

Mes parents nous ont aussi gâtés en nous envoyant, chacun à tour de rôle, sous les sunlights des tropiques. Amis et famille nous ont vu défiler, nous ont accueillis et fait découvrir ces îles magnifiques que sont la Guadeloupe et la Martinique.

Le 25 juillet 2000 (funeste souvenir pour les passagers du Concorde et baptême de l’air au goût étrange pour moi), je m’envolais vers l’Île aux Belles Eaux (la Guadeloupe). Six semaines de séjour enchanteresses qui me laissent un souvenir impérissable. Hélas, l’ère du numérique n’avait pas encore frappé à ma porte, et je n’ai pas d’image à vous fournir pour illustrer ces vacances magiques… Vous devrez vous contenter de me croire sur parole !

Il y a quelques mois (Si ! Si ! On peut encore compter en mois !), mes parents (Oui, encore eux ! Quand je vous dis qu’ils sont merveilleux !!) m’ont offert pour mon changement de dizaine un autre billet pour les West Indies, m’envoyant sur l’Île aux Fleurs (la Martinique).
Pour cette semaine de vacances, j’ai pu profiter des joies de la modernité et me faire un stock incommensurable de photos ! Je vous en mets un extrait un peu plus bas.

Lors de ces deux séjours, je me suis encore un peu plus immergée dans cette culture et ce mode de vie si spécifiques aux antillais. De ces semaines de dépaysement, j’en retiens un art de vivre. Doucement le matin, pas trop vite l’après-midi ! 😉

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Cette lecture bien à eux du Code de la Route.
Ces marchands de fleurs tropicales en bords de Nationale.
Les petits déj’ à 6h du mat’ (oui, bizarrement, le réveil aux aurores se fait naturellement aux Antilles !)  en terrasses avec des mangues, caramboles et autres délices du jardin cueillis directement à l’arbre le temps que le café chauffe.
Ces rires sonores un peu partout.
De la musique en permanence.
Des commerçants toujours prêts à vous raconter une anecdote locale.
Ces bâtiments au style colonial (style encore très présent dans les habitations).
Ces jardins merveilleux.
Ces marchés aux épices, enivrants.
Ces pluies tropicales que tu vois à 100m sans recevoir une goutte tellement elles sont localisées.
Cette sensation indescriptible que tu ressens en te prenant un bain de mer une fois le soleil couché et que la plage est déserte.
Ces joueurs de dominos installés sur une table de fortune aux coins des rues.
Ces vieux antillais assis sur le perron de leur porte avec des amis ou des voisins et qui se racontent des histoires avec un air fâché, le verbe haut, en créole…

Et tellement d’autres choses !

Et des fois, ce sont les Antilles qui viennent à moi ! Lors d’un tout petit festival Karrément à l’Ouest de la Bretagne, ou pour un cadeau (grandiose) prenant la forme d’une invitation au Zenith de Nantes avec accès aux backstages et photos avec mon idole, Jacoooooooooooobb !!!!!!. Deux belles occasions de « voir en vrai » ce groupe emblématique de ma famille qu’est Kassaaaaaaaaaaaav’ !! 😀
L’été, il me suffit de faire une trentaine de kms pour retrouver un jardin antillais : mon père à cette main verte qui lui permet notamment de faire pousser des bananiers en pleine terre bessinoise ! Et des bananiers qui donnent des fruits SVP ! (#LeMeilleurCestMonPère !)

La liste est longue de ces souvenirs et sentiments imprégnés des Antilles. Et les jours froids et pluvieux, selon mon état d’esprit, ces souvenirs me réchauffent ou me font penser « Mais qu’est-ce que j’fous en Normandie ??! ».

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s