Humeurs

Une histoire de non-anniversaire

15 septembre, anniversaire de Choupy Love. « Jour de Fête » pensez-vous.

Pas nécessairement.


Je traîne un mode beurk depuis que mon amoureux a formulé le souhait de ne pas fêter son anniversaire. Étonnant quand on connaît son penchant pour la fête. Frustrée de ne pouvoir célébrer le jour où l’élu de mon cœur a vu le jour, j’ai cherché à comprendre sa position.

Mis à part l’aspect financier que je peux aisément entendre, je sentais qu’il y avait quelque chose de plus profond dans son refus à festoyer dignement comme la plupart de nous le font.
Il m’a exposé ses raisons, je les ai entendues et respectées. Du moins, je l’ai cru.

Droits Réservés
Droits Réservés

Nous sommes en possession de deux box (ces fameux magnifiques cadeaux empoisonnés dont il est bien difficile de profiter quand et comme on le souhaiterait…) nous promettant une nuit dans un endroit somptueux après un dîner gargantuesque mais raffiné ! Voilà qui fait s’écrouler l’argument financier !
En mode « à l’arrache », me voilà partie pour nous réserver un moment hors du temps et du train train quotidien pour fêter, l’air de rien, l’anniversaire de mon amoureux, profitant de l’annonce de deux jours consécutifs (presque) entièrement à nous, ce qui ne nous est pas arrivé depuis trop longtemps à mon goût.
Je mets une note dans nos agendas respectifs pour être certaine que rien ne viendra perturber l’organisation que je m’apprête à mettre en place. J’appelle Mamoune pour m’assurer qu’elle est dispo pour le dog & house sitting.

Mais… Parce qu’il y a un « Mais »… C’est sans compter sur les « quotas box » des hôtels (« Désolée Madame (sic), nous avons atteint le nombre maximum que nous pouvions accepter »), les « partenaires » qui ne répondent pas…
Bref, je finis par laisser tomber et vous laisse imaginer mon degrés de déception…

Je pense à nous préparer un bon dîner, un moment tout smooth rien que pour nous, mais je me ravise…

Ce soir, après une journée de plus à être chafouin, je fonds en larmes dans les bras de Choupy Love.
La matinée a été éprouvante pour moi. Un rendez-vous pour mon bilan de compétences qui a remué pas mal de choses très personnelles, mais qui m’a amenée à m’interroger sur ce qui me gênait tant dans le fait de ne pas faire de cette journée une journée extra-ordinaire.

À qui est-ce censé faire plaisir après tout ? Au principal intéressé, non ? Mais si celui-ci formule clairement qu’il veut que cette journée reste ordinaire, qu’il ne veut RIEN qui différencie cette journée des autres… ? Pourquoi insister, vouloir à tout prix aller contre cette volonté ? Pour se faire plaisir à soi, soulager sa propre conscience parce que les conventions veulent (pour ne pas dire « exigent ») qu’on fête les anniversaires, sous peine de passer pour une amoureuse indigne ?
C’est MOI qui voulais fêter son anniversaire, pas lui… Ça m’aurait fait plaisir à MOI si Choupy Love avait imaginer les mêmes chose… Mais force est de constater que ce n’était pas son attente à lui, loin de là…

Ce qui m’amène à me dire, une fois de plus, qu’on devrait prendre plus le temps d’écouter les souhaits et les refus de ceux qui nous entourent. Éviter de transposer ce que nous, nous aimerions, si nous étions à leur place. Je pense que ça nous éviterait bien des crispations, des déceptions, des rancœurs.

De l’importance d’être attentif.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s